Publicité
LEO

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Souhaitez-vous apporter votre soutien à LEO ?

Alors désactivez le bloqueur pour le site de LEO ou bien faites un don !

 
  •  
  • Sujet

    présidentielle 2022

    Commentaire


    Nach dem Ausgang des ersten Wahlganges am vorigen Woche schreibt der Weser Kurier am 12.4.:


    "Eine Mehrheit neigt den Extremen zu, ohne das als extrem zu empfinden."


    Man darf dem zweiten Wahlgang ungelangweilt entgegensehen.




    Auteurama-ryllis (1081929)  12 avr 22, 21:54
    Commentaire

    „Eine Mehrheit neigt den Extremen zu …“ ??? 


    Welche Mehrheit? Die Mehrheit der französischen Wähler? Die Mehrheit der Arbeiterklasse, der jungen oder der älteren Wähler, die Mehrheit der städtischen Bevölkerung, der Wähler in Donzy-le-Pré?

    Solche aus dem Kontext gerissenen Aussagen sollte man vielleicht nicht hier einstellen.

     

    Je crains qu’un fil qui se base sur des affirmations aussi incomplètes que contestables ne suscite des polémiques sans fin.

    Prière de ne pas transformer les rubriques de Leo en tribune politique.


    #1AuteurJohanna (236135)  13 avr 22, 00:55
    Commentaire

    #1 : "Je crains ..... tribune politique" : + 1, tout à fait d'accord ! Il y a déjà assez de polémique dans le fil "Neue deutsche Regierung" .....

    #2AuteurRegenpfeifer (1228344) 13 avr 22, 06:58
    Commentaire

    Ce journal ne semble pas être des mieux informés.

    #3AuteurRetro loc (1325081) 13 avr 22, 09:12
    Commentaire

    #1: +1

    #4AuteurAngele5 (1351749) 13 avr 22, 10:17
    Commentaire

    je m'excuse -


    déjà hier soir j'ai voulu rajouter les informations comment le WK est arrivé à ses affirmations.


    Je suis aussi d'accord avec vous qu'il y a assez de polémique dans le fil neue deutsche Regierung,

    j'admets que cela m'énerve et que les affirmations dans le fil sont polémiques parce qu'elles ne servent qu'à raviver une animosité qu'on avait cru dépassée.


    Ce soir je pourrai compléter les informations, et j'aimerais bien savoir quel est l'état d'esprit des gens en France concernant cette présidentielle.


    Mais je peux aussi laisser tomber, et on supprime ce fil entièrement ...



    #5Auteurama-ryllis (1081929) 13 avr 22, 12:37
    Commentaire

    #5 : "...l'état d'esprit des gens en France ....." : mais comme partout après une élection : il y en a qui sont contents, d'autres sont déçus, d'autres encore dépités, en colère, découragés ..... de toute façon, rien n'est joué encore - il y en a qui espèrent, d'autres qui craignent etc, etc ....

    #6AuteurRegenpfeifer (1228344) 13 avr 22, 12:59
    Commentaire

    J'ai lu ces derniers jours (ce qui m'a paru fort juste):

    "Pas de débat, pas de mandat !"


    Dans dix jours l'un des deux sera élu. Ils ont beaucoup de points communs et quelques différences.

    Sans prendre beaucoup de risques, on peut déjà anticiper que ça se passera mal. Il n'y aura pas, au début, de "période de grâce" où tout-le-monde était content.


    Pour éviter le pire, il faudrait dans les deux cas que les élections législatives imposent une "cohabitation". La cohabitation est devenue le seul moyen permettant, comme disait Mitterrand, de faire respecter la Constitution, rien que la Constitution, toute la Constitution.


    https://www.conseil-constitutionnel.fr/la-con...


    Ou alors on prend acte de sa mort et on nous laisse écrire une nouvelle Constitution ? Le pays est actuellement tellement morcelé, que ça ne pourrait pas bien se passer.

    #7AuteurRetro loc (1325081)  13 avr 22, 13:45
    Commentaire

    hier nun das Zitat aus dem Weser Kurier vom 12.04.22:

    " ... Die Kandidatinnen der Sozialisten und der Republikaner haben nicht nur die Stichwahl verfehlt - sie blieben sogar unter den notwendigen fünf Prozent, um Wahlkampfausgaben vom Staat erstattet zu bekommen.

    Es ist eine absolute Schmach für die beiden einstmals so stolzen Parteien, die es nicht geschafft haben, die Menschen anzusprechen. Sie müssen bei den Parlamentswahlen im Juni um ihr Überleben kämpfen. Und es ist auch die Folge von Macrons Strategie, Anleihen von links und vor allem von rechts zu nehmen und Trennlinien zu verwischen.

    Dafür bildeten sich neue Fronten umso stärker heraus. Sie verlaufen zwischen Befürwortern und Gegnern einer europäischen Ausrichtung des Landes. Zwischen den Anhängern des Multilateralismus und von Souveränisten, die nationale Alleingänge und eine Abkehr von der Nato fordern - ausgerechnet in Zeiten, in denen Russlands Krieg gegen die Ukraine die Notwendigkeit einer starken, gemeinsamen westlichen Antwort vor Augen führt.

    Die gegnerischen Blöcke bilden einerseits Verfechter demokratischer Werte und andererseits Politiker, die mit illiberalen internationalen Partnern flirten. Der erste ist nur noch vertreten von Macron, der als Favorit in die Stichwahl in knapp zwei Wochen geht. Zum zweiten zählen die Populisten von rechts und links, Le Pen und Jean-Luc Mélenchon, die jeweils mehr als 20 Prozent der Wählerstimmen erhielten. Mit größerem Abstand dahinter folgte der Rechtsradikale Éric Zemmour. Insgesamt gaben mehr als die Hälfte der Wähler Le Pen, Mélenchon oder Zemmour ihre Stimme. Das muss ein Weckruf sein. ...

    ... ... oder möchte er (Macron) wirkich mehr Pluralität und Debatten zulassen und den Parlamentariern größeren Spielraum zugestehen? Das erscheint dringend notwendig in einem Land, in dem eine Mehrheit der Wähler den Extremen zuneigt, ohne das als extrem zu empfinden. ..."


    Aus der "Mehrheit der Wähler, die den Extremen zuneigt" wurde also in einer grafisch hervorgehobenen

    Zwischenüberschrift "Eine Mehrheit neigt den Extremen zu, ..."


    Sehr interessant finde ich die subjektiven Stimmungsbilder, das meine ich jetzt nicht ironisch.

    Wir haben hier nur die Stimmen der Medien, Fotos, Informationen aus zweiter Hand. Wir leben nicht in Frankreich. Deshalb finde ich subjektive Berichte von dort interessant.






    #8Auteurama-ryllis (1081929)  13 avr 22, 21:45
    Commentaire

    Il y aurait beaucoup à dire...

    Ici, le journaliste a peut-être essayé de voir les choses à travers des lunettes allemandes (pour son lectorat), mais finalement il n'a rien compris:

    "Die gegnerischen Blöcke bilden einerseits Verfechter demokratischer Werte und andererseits Politiker, die mit illiberalen internationalen Partnern flirten. Der erste ist nur noch vertreten von Macron..."


    Macron n'est pas un démocrate, loin s'en faut. Il n'a organisé aucun référendum. Il ignore l'opinion publique. Dans une logique de classe, il méprise une partie de la population. La population ne l'intéresse pas. "Il y a les sachants et les subissants"... "ceux qui réussissent et ceux qui ne SONT rien" "j'ai envie de les emmerder" etc

    En 2016-2017 il trouvait par les élections pour accéder au pouvoir désuet, presque inutile.

    Son programme de 2017 prévoyait des élections législatives proportionnelles. Idée bien vite oubliée quand il eu sa majorité (13,44% des électeurs mais 53,4% des sièges!) !

    Macron n'est pas républicain non plus. Il agit contre Liberté-Egalité-Fraternité, il ne respecte pas la Loi, à commencer par la Loi Fondamentale (Constitution) . Il divise, clive, oppose cyniquement pour mieux gagner. Ni démocrate ni républicain, il est juste Macroniste, et mondialiste.


    Le Pen n'ayant pas été au pouvoir, on ne peut comparer les actes de l'un qu'avec les positions ou les promesses de l'autre.

    Elle est plutôt républicaine. Elle n'a AUCUN programme constituant, elle semble sincère dans son attachement à Liberté-Egalité-Fraternité.

    Elle est plutôt démocrate aussi en proposant un référendum dès avant l'été, le RiC (référendum d'initiative citoyenne) et la proportionnelle pure au Parlement (donc la représentation de ses opposants).

    Elle est aussi mondialiste depuis qu'elle a renoncé dans ses programmes à la Souveraineté. On se demande bien comment rendre compatible mondialisme et démocratie...


    Il y a bien un affrontement entre valeurs démocratico-républicaines et autoritarisme; le journaliste a juste inversé les rôles.


    #9AuteurRetro loc (1325081)  14 avr 22, 11:31
    Commentaire

    "oder möchte er (Macron) wirkich mehr Pluralität und Debatten zulassen und den Parlamentariern größeren Spielraum zugestehen?"

    Là encore... c'est écrit par un Allemand pour des Allemands. Il n'a pas compris.

    #10AuteurRetro loc (1325081) 14 avr 22, 11:40
    Commentaire

    d'accord - qu'est-ce qu'il (ou elle) aurait dû écrire ?


    #11Auteurama-ryllis (1081929) 14 avr 22, 12:59
    Commentaire

    Ce que Macron appelle débat, ce n'est pas die Debatte !

    Pendant son "Grand Débat", il a fait chaque soir des monologues de plus de 5 heures.

    Durant la campagne, il n'a accepté de rencontrer aucun autre candidat.

    Pour lui, débattre c'est parler seul.

    Quand, en face, une personne n'est pas d'accord avec lui, il croit seulement qu'elle est mal informée. Alors il parle en croyant expliquer. Et si à la fin, la personne n'a pas changé d'avis, alors il croit qu'il n'a pas assez longtemps parlé/expliqué, ou que la personne est n'est pas "à la hauteur" du sujet, qu'elle est illettrée/bête/inintéressante.

    C'est un comportement de nature religieuse ou sectaire: "si tu ne crois pas (comme moi), c'est que tu ne sais pas assez bien ton catéchisme".


    Constitution Art. 24: "Le Parlement vote la loi. Il contrôle l'action du Gouvernement. Il évalue les politiques publiques." https://www.conseil-constitutionnel.fr/le-blo...


    Depuis 5 ans le rôle du Parlement a été inversé. Ce n'est plus le Parlement qui contrôle le Gouvernement, mais le Gouvernement qui écrit l'agenda du Parlement par de nombreux "projets de loi".

    Les députés ne représentent plus la Population dans l'Assemblée, mais à l'inverse, les députés ont été chargés d'expliquer à la Population, chacun dans sa circonscription, la "parole présidentielle" !

    Le Président a décidé, les députés sont ensuite envoyés en apôtres zélés convaincre et "vendre" la justesse de ces décisions.


    Tous les contre-pouvoirs (Parlement, Consil d'Etat, Conseil Constitutionnel, Presse...) se sont couchés.

    Ne restent que le Sénat et les syndicats, qui ne peuvent (et ne veulent) pas plus qu'ils ne peuvent.

    #12AuteurRetro loc (1325081)  14 avr 22, 13:46
    Commentaire

    -

    (falscher Faden)
    #13AuteurRegenpfeifer (1228344)  14 avr 22, 16:15
    Commentaire

    Eh ben nous y voilà !

    ama-ryllis, tu voulais des commentaires subjectifs … tu es servie !


    Et on assiste en direct à l’assassinat de Macron perpétré dans les règles de l’art par un Retro loc déchaîné et plus vindicatif que jamais….

    Je ne suis pas sûre que des philippiques de ce genre contribueront à éclaircir la situation pour les non-Français …..


    #14AuteurJohanna (236135) 14 avr 22, 18:20
    Commentaire
    L'analyse de RetroLoc n'engage que lui-même....
    #15AuteurRegenpfeifer (1228344) 14 avr 22, 19:42
    Commentaire

    je l'ai bien vu, hélas, et nous avons là le deuxième exemple vivant de la rhétorique qu'elle reproche à Macron ... ;), le premier (ou nième) étaient ses contributions dans neue deutsche Regierung ...


    "le journaliste a peut-être essayé de voir les choses à travers des lunettes allemandes (pour son lectorat)"

    Le journal est le Weser Kurier, le quotidien de Bremen, une ville qui se trouve au nord de l'Allemagne,

    le journaliste est allemand,

    ce qui se passe en France, il le voit avec ses propres yeux - comme le font la plupart des journalistes je pense -, qui dans ce cas sont allemands.

    De tels articles permettent de voir son pays d'un autre point de vue, pourvu qu'on soit prêt à abandonner son propre angle, ne serait ce que pour le peu de temps qu'il coute de lire l'article.


    Je le trouve très dommage qu'il ne peut pas y avoir une vraie discussion - un échange d'opinions contradictoires ou personnelles - parce qu'il y a toujours quelqu'un comme retro loc qui regarde chaque sujet comme son propre sentier de la guerre.




    #16Auteurama-ryllis (1081929)  15 avr 22, 16:20
    Commentaire

    # 1 und # 14: +1

    #17AuteurDana (236421) 18 avr 22, 11:08
    Commentaire

    Siehe auch: Neue deutsche Regierung

    # 75, 76

    Comme je l'ai déjà écrit, personne ne veut se mettre à ce niveau-là, c'est compréhensible.

    #18AuteurAngele5 (1351749) 19 avr 22, 10:49
    Commentaire

    Äußerst kritisch gegenüber Le Pen ist der Leitartikel der gestrigen Le Monde: Er wird Retro loc nicht behagen ...


    Présidentielle 2022 : empêcher le pays de se défaire

    ÉDITORIAL

    Jérôme Fenoglio

    directeur du « Monde »

    Une victoire de Marine Le Pen au second tour ouvrirait un basculement irrémédiable de la France vers un modèle marqué par le clanisme, l’isolement et la violence, sans apporter de réponses aux crises climatiques, sociales et géopolitiques, avertit le directeur du « Monde », Jérôme Fenoglio.

    Publié hier à 12h30, mis à jour hier à 15h52

    Temps de

    Lecture 6 min.

    Editorial du « Monde ». En ces ultimes instants de campagne présidentielle, la plus grande erreur serait de se laisser distraire par les derniers sondages de l’avant-second tour et les premières manœuvres électorales de l’après. Entre les deux, il y a un vote, dimanche 24 avril, et celui-ci déterminera tout autant la personne qui dirigera la France pour les cinq prochaines années, le cadre républicain des débats que nous tiendrons au sein de notre démocratie, le visage que nous voudrons présenter au monde qui nous entoure. Ce vote déterminera aussi les manières de répondre à la guerre qui sévit sur notre continent, aux crises géopolitiques et sociales qui montent, à la catastrophe climatique qui prend forme. L’ampleur de ces enjeux interdit toute forme de relativisation du scrutin qui vient, tout comme les supputations de l’avant et les calculs de l’après ne sauraient exonérer chaque électrice et chaque électeur de sa responsabilité face au choix qui se présente.

    Lire aussi : Présidentielle 2022 : dernière ligne droite pour Emmanuel Macron et Marine Le Pen avant le second tour, revivez la journée de campagne du vendredi 22 avril

    Dimanche, il n’existera qu’une seule manière de contribuer à éviter que la candidate d’un parti d’extrême droite, Marine Le Pen, accède au pouvoir : c’est de voter pour son adversaire, Emmanuel Macron, quelles que soient les erreurs qu’il a commises au cours de son premier mandat, quels que soient les griefs que l’on peut former contre sa politique, quelle que soit sa responsabilité dans la présence du Rassemblement national (RN) à ce second tour. Ni le vote blanc ni l’abstention ne seront d’une quelconque utilité pour préserver notre pays de l’irrémédiable.

    Analyse :

    Article réservé à nos abonnés

    Marine Le Pen : un programme fondamentalement d’extrême droite derrière une image adoucie

    Pour décrire ce qui pourrait advenir si Marine Le Pen devenait présidente de la République, la comparaison avec la Hongrie de son inspirateur, le premier ministre Viktor Orban, a été souvent utilisée. De fait, l’érosion de la liberté de la presse, l’abaissement de l’Etat de droit, l’affaiblissement des institutions seraient bien à l’ordre du jour. Mais le parallèle avec un pays de 10 millions d’habitants, quelles que soient ses qualités, est très insuffisant pour décrire la déflagration mondiale que constituerait le basculement de notre nation du côté de l’illibéralisme. La France, puissance nucléaire dotée d’un siège au Conseil de sécurité de l’ONU, pilier de la construction européenne, n’est pas tout à fait la Hongrie.

    Lire aussi :

    Article réservé à nos abonnés

    Les bataillons de la « normalisation » du Rassemblement national

    Complaisance

    Pour mesurer les risques encourus, il faut regarder un peu plus à l’est du continent, du côté de la Russie de Vladimir Poutine, à laquelle Mme Le Pen s’est liée par son admiration proclamée à maintes reprises, et par un emprunt bancaire. Il faut considérer la triple impasse dans laquelle le despote a enfermé son pays. Le nôtre serait soumis au même clanisme d’une clique centrée sur ses propres intérêts, qui a toujours procédé par des purges pour garder le contrôle de sa petite entreprise politique familiale. Il serait voué au même isolement international, que le rapprochement avec des gouvernements populistes, suggéré par Mme Le Pen, ne compenserait pas bien longtemps. Il suffit de constater à quelle vitesse la Pologne vient de s’éloigner de la Hongrie, après l’agression de l’Ukraine, pour se convaincre que ces conglomérats d’égoïsmes nationaux ne restent jamais cohérents. Enfin, notre pays serait exposé aux mêmes ferments de haine et de violence contre des pans entiers de sa population.

    Lire aussi :

    Article réservé à nos abonnés

    Quand Marine Le Pen se heurte au mur de la Constitution

    A l’évidence, il ne s’agit pas, ici, de laisser croire que tous les électeurs de Marine Le Pen sont conscients des périls dissimulés derrière la posture protectrice affichée par la candidate. Mais cela ne peut être le cas des adversaires de longue date de l’extrême droite, avertis par l’histoire et par la nature, inchangée, du RN. C’est pourquoi, à rebours de nombre des responsables de la gauche qui ont formulé des consignes sans ambiguïté, Jean-Luc Mélenchon a eu grand tort de déclarer récemment qu’il était « assez secondaire » de savoir qui, de M. Macron ou de Mme Le Pen, se trouverait à la tête d’un exécutif dans lequel il souhaite s’imposer comme premier ministre. De la part d’un candidat qui avait exclu le vote RN au soir de son élimination de justesse au premier tour, cette banalisation est malvenue. Même si le nombre des suffrages qui se sont portés sur lui déborde très largement du noyau historique des « insoumis », cette érosion du réflexe républicain, qui revient à se décharger sur d’autres de la responsabilité d’éviter le pire, est aussi inquiétante que risquée.

    Lire aussi :

    Article réservé à nos abonnés

    La Russie, ligne de fracture entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen

    Toutefois, la gauche est loin d’avoir le monopole de ces réticences. A droite, nombre d’élus ont également fait comprendre qu’ils enjamberaient volontiers ce second tour, et toutes les clarifications qu’il exige, pour mieux se positionner dans la bataille suivante, les législatives. Ce calcul, tourné vers l’après, est d’autant plus coupable qu’il prolonge l’irresponsabilité de l’avant, ces longs mois où l’extrême droite, celle d’Eric Zemmour d’abord, n’a cessé de bénéficier de toutes ces attentions qui ont contribué à placer Marine Le Pen dans la situation inédite où elle se trouve à la veille de ce second tour. Cette complaisance est passée de chaînes de télévision en grands journaux, et parfois même sous la plume d’intellectuels dont nous avons, à juste titre, pointé les ambiguïtés.

    Lire notre analyse :

    Article réservé à nos abonnés

    Marine Le Pen, une dynamique qui vient de loin

    Elle se poursuit encore aujourd’hui sous la forme d’une contestation du terme « extrême droite » appliqué à une candidate dont le programme démontre pourtant qu’elle n’a pas modifié les fondamentaux de son parti. Un étonnant monde inversé s’est ainsi mis en place, où Marine Le Pen peut se prévaloir, contre toute vraisemblance, d’être la candidate de la « concorde » et de la « fraternité nationale », celle qui peut « recoudre la France ». Où le travail d’enquête et d’approfondissement, le rappel de l’histoire, la mise en perspective par des comparaisons internationales, qualifiés de « paresse intellectuelle », sont moins pris en considération que le commentaire en boucle sur la surface des choses. Dans ce monde renversé, certains intellectuels ne jouent plus leur rôle d’éclaireurs du débat ou de défricheurs d’idées depuis assez longtemps déjà, ils se satisfont de porter ce qu’ils présentent comme la parole d’un peuple qu’ils ne connaissent pas.


    Brutalité


    Pour la droite classique, la sanction de cette complaisance au discours extrémiste a été sévère. Elle s’est soldée par la disparition quasi complète d’un électorat qui s’est réparti, au premier tour, entre les votes Macron, Zemmour et Le Pen. Dans l’incapacité de défendre sa vision de la société, le bord politique qui pensait enfin avoir remporté la bataille des idées se retrouve réduit, au second tour, à regarder les deux finalistes courtiser les électeurs de Mélenchon.


    « Celui qui gagne la présidentielle, c’est celui qui impose sa question, à laquelle il a la réponse », avait déclaré, cet hiver, le candidat de Reconquête !. A l’évidence, Eric Zemmour n’avait pas la bonne question, pas plus que Marine Le Pen n’a la bonne réponse. Des pans entiers du programme de la candidate tentent de résoudre les questions sociales qu’elle affiche comme sa nouvelle préoccupation par la recette immuable de son parti : la mise à l’écart des populations immigrées.

    Lire aussi :

    Article réservé à nos abonnés

    Sur le terrain social, « solidarité à la source » pour Macron, exclusion des étrangers pour Le Pen

    Pour ne prendre qu’un exemple, dans le domaine du logement, la candidate entend régler la pénurie d’offre sociale par la résiliation du bail de plus de 500 000 foyers de locataires étrangers, légalement présents en France. De deux choses l’une : soit cette mesure est inapplicable, et Marine Le Pen ne réglera aucun des problèmes qu’elle prétend prendre en considération, le logement social pas davantage qu’un autre. Soit elle est mise en œuvre avec une brutalité incompatible avec les valeurs élémentaires de la République. Cet apartheid de fait s’ajouterait au viol des institutions et au chaos dans l’économie et la société.

    Lire aussi :

    Article réservé à nos abonnés

    Les risques et les incohérences du programme économique de Marine Le Pen

    Face à l’éventualité de tels actes honteux, il importe que tous les démocrates établissent une claire hiérarchie des périls qui menacent notre pays et qu’ils se mobilisent afin que la candidature de Marine Le Pen soit repoussée avec le plus grand écart possible. C’est le seul calcul qui compte à la veille de ce second tour pour, au moins, empêcher l’extrême droite de défaire le pays.


    https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/04/... 

    #19Auteurmars (236327)  23 avr 22, 15:19
    Commentaire
    Mais mars, tu ne sais pas que TOUS les médias sont corrompus ??? (pardon, sarcasme ... )
    #20AuteurRegenpfeifer (1228344)  24 avr 22, 09:36
    Commentaire

    Ouf !

    #21Auteurno me bré (700807) 24 avr 22, 20:19
    Commentaire

    Le résultat national étant connu de tous, la rubrique "Land und Leute" sera intéressée par le détricotage de ces chiffres.

    Répartition géographique, par tranche d'âge, par métiers...


    Globlement:

    13,3 millions pour l'une et 18,8 millions pour l'autre. Soient 27.3% et 38.6% des inscrits.

    (Il y a environ 22 millions d'habitants qui ne sont pas inscrits, les enfants, les condamnés et ceux qui ne veulent pas être inscrits tout en restant citoyens. Les étrangers européens peuvent être inscrits s'ils le veulent, mais ne peuvent pas voter à la présidentielle)


    Par rapport au premier tour (a priori vote d'adhésion et non "de barrage") c'est

    +5,2 millions pour l'une et +9 millions pour l'autre.


    Paris a voté 85% EM et 15% MLP

    La Guadeloupe a voté 30% EM et 70% MLP

    EM gagne dans 83 départements contre 23 (104 contre 2 en 2017). Dans les 23, on compte tous les départements d'Outre-mer et les deux départements corses.


    Les 18-24 ans ont voté à 38% EM et 62% MLP

    Les plus de 70 ans ont voté à 70% EM et 30% MLP


    Les riches à 78% - 22%

    Les ouvriers à 32% - 68%

    Les policiers et gendarmes à 40% - 60%

    Les professeurs et enseignants à 68% - 32%


    ...

    #22AuteurRetro loc (1325081)  25 avr 22, 12:52
    Commentaire

    #22 Retro loc: Ja, die Aufschlüsselung ist wirklich interessant, aber dein Beitrag wirft doch Fragen auf.


    Il y a environ 22 millions d'habitants qui ne sont pas inscrits, les enfants, les condamnés et ceux qui ne veulent pas être inscrits tout en restant citoyens.

    Inhaftierte können sich in das Wählerverzeichnis eintragen lassen und dann natürlich auch wählen.

    https://www.demarches.interieur.gouv.fr/parti...

    Oder meint les condamnés eine andere Personengruppe?


    Und könntest du bitte eine Quelle für die Zahlen nennen? Nicht nur, weil das generell guter Stil und nicht zuletzt urheberrechtlich relevant wäre, sondern auch weil es sich ja hier um Umfrageergebnisse handelt.


    #22: Les 18-24 ans ont voté à 38% EM et 62% MLP

    Nur mal als Beispiel, eine ganz andere Angabe zu den 18-24-Jährigen:

    les 18-24 ans: 52 % EM, 48 % MLP

    Source: OpinionWay

    https://www.lesechos.fr/elections/presidentie...

    oder sogar

    les 18-24 ans: 61% EM, 39% MLP

    Source: Ipsos-Sopra Steria

    https://www.franceculture.fr/politique/presid...

    #23Auteurrourou (360510)  25 avr 22, 13:43
    Commentaire

    Pour les condamnés, je voulais dire les personnes "privées de leurs droits civiques". (elles ont commis un délit en relation avec la politique ou l'action publique). Les condamnés de droit commun (voleurs...) conservent leurs droits civiques et peuvent voter en prison (majoriatirement pour EM).


    J'ai entendu ce matin à la radio que 10 à 15% des adultes ne sont PAS inscrits sur les listes électorales.

    Est-ce obligatoire en BRD ? Automatique avec la Anmeldung ?



    Pour les autres chiffres... je n'ai évidemment pas compté moi-même, je suis ouvert à toutes les sources.

    Les chiffres géographiques sont officiels (Ministère)

    Pour les chiffres sociologiques... chaque institut de sondages a son propre panel à interroger (réputé représentatif) mais surtout tous ne font pas les mêmes catégories (par ex 18-24 ou 18-29 etc). J'ai peur que si dans leur panel de 1000 personnes il n'y a pas seulement 100 ouvriers, l'extrapolation ne soit pas statistiquement pertinente ? Il faudrait 1000 policiers, 1000 agriculteurs, 1000 chômeurs etc.

    Les études vont sans doute s'affiner au fil des jours; au petit matin après le vote, ce n'est sans doute pas assez "travaillé", ce qu'on comprend aisément.

    #24AuteurRetro loc (1325081) 25 avr 22, 14:12
    Commentaire

    Est-ce obligatoire en BRD ? Automatique avec la Anmeldung ?

    Die deutschen Städte und Gemeinden führen ein Wählerverzeichnis auf der Grundlage des Einwohnermelderegisters, wer wahlberechtigt und gemeldet ist, landet automatisch im Wählerverzeichnis. Wahlberechtigte ohne Wohnsitz müssen den Eintrag ins Wählerverzeichnis eigens beantragen.

    #25Auteurrourou (360510)  25 avr 22, 14:39
    Commentaire

    Merci. Je comprends mieux pourquoi j'ai reçu des documents électoraux en Allemagne, sans n'avoir fait aucune démarche pour cela.

    J'exclus absolument de voter dans un pays qui n'est pas le mien, a fortiori à égalité de pouvoir avec les citoyens.

    #26AuteurRetro loc (1325081) 25 avr 22, 14:50
    Commentaire

    J'exclus absolument de voter dans un pays qui n'est pas le mien, a fortiori à égalité de pouvoir avec les citoyens.


    Étrange conception.


    Pour moi, il est important de pouvoir voter dans le pays où je réside et travaille depuis longtemps car la politique au niveau du Land et du Bund me concerne directement (bien plus que ce qui se passe en France). Après tout, c'est Lindner qui dépense mes impôts...

    Et comme j'ai tendance à la paresse administrative, je trouve très pratique de recevoir la convocation électorale 😉

    #27AuteurTheoD (392230) 25 avr 22, 15:27
    Commentaire

    Ce n'est pas une histoire d'argent mais de principe.

    Si encore il y avait un collège électoral réservé aux étrangers. Mais il s'agit d'avoir le même pouvoir (une voix) que les citoyens du pays ! Je ne veux en aucun cas avoir un pouvoir sur le pays des autres (et je leur en demande autant, réciproquement).

    "Lindner dépense mes impôts" Les ressortissants européens ne peuvent voter qu'aux élections municipales, le Bundesminister n'a pas d'influence réelle sur les impôts municipaux.

    Quand à voter deux fois aux élections européennes, c'est dans le principe un peu "border limit", non ?


    Tout cela nous éloigne du fil "présidentielle 2022" 😉

    #28AuteurRetro loc (1325081)  25 avr 22, 16:07
    Commentaire

    Ce n'est pas une histoire d'argent mais de principe.

    C'est une histoire d'argent et de principe. Mais j'aurais peut-être dû préciser que j'ai la double nationalité. Mea culpa 😉


    Et je ne vote qu'une fois aux élections européennes, le faire dans deux pays différents est illégal, je crois.

    #29AuteurTheoD (392230) 25 avr 22, 16:28
    Commentaire

    La double nationalité n'est pas deux demi-nationalités. Il s'agit encore moins de résider chez les autres.




    Comme si on avait besoin de ça "en plus":

    https://www.liberation.fr/checknews/soiree-el...

    Mentez, démentez, il en restera toujours quelque chose. Le démenti est molasson (on est branché en direct, puis c'est de la faute du logiciel du prestataire)

    Il est a craindre que si le germe de l'idée de fraude est tombé dans des cerveaux fertiles, il ne manquera pas d'y prospérer. Jusqu'où ?

    #30AuteurRetro loc (1325081) 26 avr 22, 08:56
    Commentaire

    La double nationalité n'est pas deux demi-nationalités. Il s'agit encore moins de résider chez les autres.


    ???

    #31AuteurTheoD (392230) 26 avr 22, 09:01
    Commentaire

    #31 @ TheoD : Das frag ich mich auch gerade - bin auch "double" .....Heißt das, man muss auf eine Staatsangehörigkeit verzichten ? Bin ich keine "richtige" Französin, weil ich es "nur" durch Heirat geworden bin?

    #32AuteurRegenpfeifer (1228344)  26 avr 22, 09:23
    Commentaire

    @Théo:

    Si tu as la nationalité allemande, que tu résides dans ton pays et que tu t'intéresses à la "chose publique", je ne vois rien d'anormal, rien d'extraordinaire, et aucune raison de poser trois points d'interrogation.

    Ce n'est pas ma situation.

    Je suis intégré mais je ne cherche en aucun cas à m'assimiler. Je considère que louer un appartement est sans signification politique. Ca ne peut pas suffire à me donner les droits des citoyens du pays.


    @Regenpfeifer:

    D'après l'Evangile, après le mariage, "tous deux ne font plus qu'un". Dans un "mariage d'inclination" je trouve donc normal d'épouser aussi la nationalité de l'autre. Dans un "mariage d'intérêt" c'est plus discutable. (Et s'agissant d'un "mariage blanc" c'est bien que cela reste un délit).


    Ceci étant dit, on a vécu en France pendant des siècles, sans que la notion même de nationalité n'existe, et on ne s'en est pas plus mal porté.

    #33AuteurRetro loc (1325081)  26 avr 22, 10:25
    Commentaire

    Ma foi .......

    #34AuteurRegenpfeifer (1228344) 26 avr 22, 10:31
    Commentaire

    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/...


    "« Quand on innove, il y a forcément des ajustements qui ne sont pas pris en compte, tempère France Télévisions. Nous avons affiché un calcul qui n’aurait pas dû être affiché, et nous comprenons que les gens se soient posé des questions. Nous en sommes désolés»


    Innover ne dispense pas de vérifier le bon fonctionnement. Le logiciel n'a pas été développé en dernière minute !

    Il reste que la chaîne publique, pendant des heures, a commenté des chiffres faux.

    France 2 s'explique aux journalistes venus l'interroger, mais n'a rien dit à ses téléspectateurs. C'est irresponsable et participe à la vindicte mêlant politiciens corrompus et journalistes de connivence. Le Pays tendu et distendu n'en avait pas besoin !



    #35AuteurRetro loc (1325081) 26 avr 22, 12:34
    Commentaire

    Le CANARD ENCHAINÉ DÉVOILE :


    Mélenchon contre la publication de son patrimoine par Europe1. Voilà, le masque est levé !


    Mélenchon, le chantre des sans-culottes et des sans-papiers, l’anti-capitaliste ne veut pas que l'on sache comment il vit, ni quels sont ses revenus !


    Le Canard enchaîné est un journal satirique, mais a-t-il tort? Je me le demande.

    C'est bien un homme public qui vit avec de l'argent public


    Mais en lisant la suite, vous allez comprendre.


    Le Canard enchaîné dévoile: Monsieur Mélenchon possède un petit appartement dans le 15e à Paris.


    Oh, il ne fait que 218 m2 : (une chambre de bonne somme toute !) Qui est évalué par 'Immo consulte' entre 1 million quatre cent mille euros et 1.5 million d'euros, une bagatelle !1.500.000 EUROS


    puis il a hérité d'une chaumière en Dordogne sur un terrain de 1,4 hectare de 9 pièces et dépendances évaluée à sept cent dix mille euros.710.000 EUR


    puis de sa tante d'un studio à Deauville pour aller se faire bronzer ! Avec vue sur mer SVP...


    Évalué à pas cher, car seulement deux cent vingt mille euros 220.000 EU!!


    Pour finir 3 voitures, une C6 exclusive Citroën à 44 000 euros, une vieille 206, et une Clio pour aller faire les courses...    

    > > > > > > > >  on fait le compte nous arrivons (sans compter la 206 !!) à

    > > > > > > > > DEUX MILLIONS QUATRE CENT SOIXANTE-CINQ MILLE EUROS (2.465.000 euros) !!!


    Voilà, on comprend mieux pourquoi M. Mélenchon ne veut pas dévoiler son patrimoine... Les smicards, les ouvriers, les chômeurs, les pauvres, les RMIstes, les RSA, etc., et la "classe moyenne" apprécieront...

    > > > > > > > > Un grand patron doit publier son patrimoine et M.Mélenchon, homme public qui vit avec l'argent des contribuables, NON ?


    EN RÉSUMÉ :


    Patrimoine de 2.465.000 euros


    et il perçoit CHAQUE MOIS


    DÉPUTÉ EUROPÉEN : 19 105€


    SÉNATEUR de l'ESSONNE :17 000€ donc 36.105€ par mois d'argent public

    + remboursement des frais de : avion, taxi, téléphone, poste, SNCF, etc.


    Le Canard enchaîné est un journal satirique. Mais a-t-il tort? Je me le demande.

    #37Auteurmars (236327)  30 avr 22, 09:05
    Commentaire

    Mars, avant de nous balancer ce genre de ‘document’, tu devrais vérifier le contenu et surtout nous donner la source exacte et la date de publication.


    Un appartement de 218 m² dans le 15ème arrondissement de Paris vaudrait bien plus que 1 500 000 € !!!

    Le prix moyen du mètre carré dans le 75015 est estimé à 10 800 €.

    En réalité, il s’agit d’un appartement de 110 m² ce qui correspond effectivement à la valeur indiquée par le candidat : 1 200 000 € …


    Voici ce que publie Le Monde le 10 mars 2022 à propos des déclarations d’intérêts et de patrimoine des candidats :


    Conernant Jean-Luc Mélenchon :


    Jean-Luc Mélenchon

    Une maison près de Montargis (Loiret) estimée à 170 000 euros, un appartement de 110 mètres carrés à Paris d’une valeur de 1,2 million d’euros, et c’est à peu près tout. Le patrimoine déclaré de Jean-Luc Mélenchon n’a varié qu’à la marge depuis 2017.

    Il y a cinq ans, déjà, le candidat « insoumis » faisait cet ajout à sa déclaration officielle : « Je possède environ 12 000 livres que j’ai commencé à accumuler dès mes 14 ans. (…) A mes yeux, il s’agit d’une valeur inestimable. Donc inchiffrable. »

    Selon sa déclaration d’intérêt, les revenus du candidat de La France insoumise proviennent à 100 % de sa fonction de député, à savoir 70 000 euros par an.

    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/... 



    Ci-joint la déclaration de patrimoine de Mélenchon auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP)

    https://www.hatvp.fr/wordpress/wp-content/upl... 



    L’article suivant décortique la rumeur dont tu te fais l’écho, mars :

    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/... 


    1. Des faits et des chiffres erronés

    2. Au total, un patrimoine bien inférieur à celui que lui prête la rumeur

    3. Le prétendu article du « Canard enchaîné » n’a jamais existé

     


    #38AuteurJohanna (236135)  30 avr 22, 11:21
    Commentaire

    Merci Johanna d'avoir remis les pendules à l'heure. Je m'étonnais d'un tel article de la part du Canard qui est un journal des plus sérieux.

    #39Auteurpatapon (677402) 30 avr 22, 12:57
    Commentaire

    Il ne faut pas confondre la fortune et le revenu !

    A revenus identiques, deux jumeaux, l'un cigale, l'autre fourmi, accumuleront (Mélanchon a 70 ans !) deux patrimoines très différents (sans compter les plus -values).


    En l'occurence, s'agissant de politiciens sensés savoir prévoir, la cigale est à écarter des affaires, au profit de la fourmi.

    Un politicien de 70 ans qui n'aurait toujours pas su mener sa barque personnelle, serait toujours locataire, claquerait ses revenus chez le tailleur, au bordel ou au casino (les restaus et les voyages sont déjà remboursés par la Princesse...) serait même inquiétant pour la fonction.

    #40AuteurRetro loc (1325081) 02 Mai 22, 08:43
    Commentaire

    Et personne ne réagit ????


    Rarement lu autant de bêtises dans une seule contribution. Tu roules pour qui,  nicrnicr ? 


    Election truquée, chiffres erronés, Macron vendu,  vaccination liberticide ….

    Ton discours largement complotiste et la propagande  pour l’association Réaction 19 (des anti-vax purs et durs) n’ont pas leur place ici.


    A dégager !

     

    #42AuteurJohanna (236135) 09 Mai 22, 20:00
    Commentaire
    Danke, Johanna !
    #43AuteurRegenpfeifer (1228344) 09 Mai 22, 20:14
    Commentaire

    Ce forum est une plateforme d'échanges autour de la langue, de la culture et du quotidien entre nos pays francophones et germanophones, mais il n'a pas vocation à devenir un forum de discussions purement politiques.

    Pour cette raison, je clos ce fil. Merci de votre compréhension.

    #45AuteurHélène (LEO-Team) (1132968) 10 Mai 22, 09:07
    Le fil de cette discussion est fermé.
     
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  
 
 
  • Pinyin
     
  • Clavier
     
  • Caractères spéciaux
     
  • Lautschrift
     
 
 
:-) transformé automatiquement en 🙂