•  
  • Übersicht

    Sprachlabor

    Écriture inclusive dans la langue française

    Betrifft

    Écriture inclusive dans la langue française

    Kommentar

    Les pronoms « iel » ou « ielle » (au pluriel : « iels » ou « ielles »), vous en pensez quoi ? Pour ou contre ? 😊

    VerfasserCécile (LEO-Team) (1010096) 17 Nov. 21, 10:04
    Kommentar

    Wie gleicht man dahinter die Adjektive und Partizipien an?

    Was spricht gegen "on" bei unbestimmten Personenkreisen?

    #1VerfasserStahlbauer (1259064) 17 Nov. 21, 10:12
    Kommentar

    Cécile, nous ne sommes pas le 1er avril, que je sache 😉


    Je trouve cela ridicule. Et pourquoi iel (il + elle) plutôt que elil (elle+il), ou que sais-je encore... ?

    #2VerfasserTheoD (392230) 17 Nov. 21, 10:46
    Kommentar
    Quelle horreur, c'est grotesque !
    #3Verfasserpatapon (677402) 17 Nov. 21, 11:20
    Kommentar
    #4VerfasserRegenpfeifer (1228344) 17 Nov. 21, 11:25
    Kommentar

    patapon +1

    #5VerfasserMoi Gab (456541) 17 Nov. 21, 12:06
    Kommentar

    Fürs Deutsche schlage ich "ese(s)" vor 😝😇

    #6VerfasserRegenpfeifer (1228344) 17 Nov. 21, 12:12
    Kommentar

    Le jour où ces gens-là auront faim, ils auront d'autres préoccupations que celles d'inventer des pronoms.


    Dans ce Monde, des milliers d'enfants doivent marcher des kilomètres pour pouvoir boire de l'eau sale.

    C'est un peu plus préoccupant, non ? Et plus urgent aussi.

    #7VerfasserRetro loc (1325081) 17 Nov. 21, 12:25
    Kommentar


    Aus dem Link in #4 :


     Ni féminin, ni masculin, le pronom "iel" est entré au dictionnaire Le Robert

    Le pronom "iel", contraction de "il" et "elle" a été ajouté en octobre dernier à la version en ligne du dictionnaire Le Robert. Un mot utilisé notamment par les personnes non-binaires qui ne se reconnaissent dans aucun genre, ni masculin ni féminin.

     ... Ajouter au dictionnaire des noms communs, des adjectifs, c'est chose courante. Un pronom personnel, ça l'est beaucoup moins. "Iel", déclinable en "ielle" et "iels" ou "ielles" à la troisième personne du pluriel, a été intégré courant octobre au dictionnaire Le Robert, du moins sa version en ligne. "Iel", c'est la contraction de "il" et "elle", un pronom neutre en quelque sorte qui permet "d'évoquer une personne quel que soit son genre" nous dit la définition.  ...


    #8Verfasserno me bré (700807) 17 Nov. 21, 12:36
    Kommentar

    Avec l'entrée du pronom "iel" dans Le Robert, le sujet est d'actualité, en effet. Pour le moment, "iel" n'est qu'en période probatoire dans leur dictionnaire en ligne. Reste à savoir si cette entrée va être confirmée par l'usage !

    #9VerfasserCécile (LEO-Team) (1010096) 17 Nov. 21, 13:19
    Kommentar

    Et merci pour le lien vers l'article de France Inter, Regenpfeifer. Très intéressant.

    #10VerfasserCécile (LEO-Team) (1010096) 17 Nov. 21, 13:57
    Kommentar

    Cette "révolution" dans la langue me fait penser à des propos d'Idriss Aberkane: "toute révolution est passée par trois étapes : Ridicule, dangereuse et évidente !".


    L'avenir nous dira si nous sommes à l'aube d'une révolution...

    #11VerfasserHélène (LEO-Team) (1132968) 17 Nov. 21, 14:12
    Kommentar

    pour le nouveau pronom "iel" (petit mot d'un air innocent si on veut, un nouveau-né alors ... ;)


    à quoi sert la déclinaison "ielle", "iels" et "ielles" ?


    #12Verfasserama-ryllis (1081929) 17 Nov. 21, 14:26
    Kommentar

    "ielle" est une alternative à "iel" (soit on utilise "ielle", soit on utilise "iel" ; "ielle" n'est pas le féminin de "iel"), tandis que "iels" et "ielles" sont les pluriels respectifs.

    #13VerfasserCécile (LEO-Team) (1010096) 17 Nov. 21, 14:28
    Kommentar

    Pour moi, ça ne résoud pas le problème : iel reste connoté masculin et ielle, féminin.

    Donc : inutile (à défaut d'être dangereux) 😝

    #15VerfasserTheoD (392230)  17 Nov. 21, 14:33
    Kommentar

    Was wäre eigentlich die deutsche Entsprechung? Es?

    #17VerfasserStahlbauer (1259064) 17 Nov. 21, 15:17
    Kommentar

    #17 : Ich hatte "ese", Plural "eses" vorgeschlagen (#6) : er/sie/es - sollte es je so weit kommen (erlebe ich hoffentlich/wahrscheinlich nicht mehr .....)

    #18VerfasserRegenpfeifer (1228344) 17 Nov. 21, 15:20
    Kommentar

    ich dachte, erfunden von Trans-Personen, also nicht "von Frauen, die ..."


    les pronoms personnel "je", "tu", "nous", "vous" ne disent rien sur le sexe,

    tout le monde peut les utiliser,


    cad quand on s'adresse à une personne trans, on peut toujours dire "vous" ou "tu",


    pour le iel ou ielle,

    qu'ils ne viennent pas me reprocher si je n'utilise pas dès le début, le bon pronom !

    la vie est déjà compliquée, et je ne suis pas responsable de leur altérité...


    für Deutschland -

    dachte ich schonmal an "ersie" oder "sieer" - aber wieso etwas vorwegnehmen, von dem man nicht einmal

    möchte, dass es kommt ...


    #19Verfasserama-ryllis (1081929)  17 Nov. 21, 15:24
    Kommentar
    #21VerfasserRetro loc (1325081) 17 Nov. 21, 22:18
    Kommentar

    Auf Deutsch habe ich dies gelesen: Siehe auch: iel - #1


    #22Verfassermars (236327) 18 Nov. 21, 11:46
    Kommentar

    ich finde jetzt merkwürdigerweise das Anliegen der Betroffenen, also der Transpersonen, gerechtfertigt und verständlich.

    Ständig als Herr oder Frau angesprochen zu werden, ohne einer der Gruppen zugehörig zu sein, stelle ich mir kompliziert vor.

    Aber was ist die Alternative, wie wollen sie angesprochen werden, und wie soll das Personalpronomen aussehen ?


    In Frankreich ist man da im Vorteil, finde ich. Denn "iel" (ich vermisse allerdings das Trema) oder "ielle" hört sich besser an als alles, was man da im Deutschen konstruieren könnte. ...


    #23Verfasserama-ryllis (1081929) 18 Nov. 21, 12:32
    Kommentar

    Ich habe verstanden, dass man sowohl "iel" als auch "ielle" gleichermassen verwenden kann. Ich finde das ziemlich süffisant, denn ich kann ja so noch immer eine Unterscheidung oder einen Vorzug zum Ausdruck bringen. Der Philosoph würde sagen: "es ist das gleiche, aber nicht dasselbe" ;)

    #24Verfasserrobojingler (1321596) 18 Nov. 21, 13:02
    Kommentar

    #19: wir haben im Deutschen ja noch immer hilfsweise das Neutrum :D


    Spannende Frage am Rande: bleibt "neutre" jetzt männlich oder schreiben wir in Zukunft "i(e)lle neutre"? ;)

    #25Verfasserrobojingler (1321596)  18 Nov. 21, 13:05
    Kommentar

    Je pense qu'à l'avenir, nous ne devrions pas non plus faire de distinction entre le nord et le sud, les deux sont égaux et sinon cela ne conduira qu'à un racisme inutile et à des distorsions sociales. Je propose donc qu'à l'avenir, nous n'utilisions à volonté que les points cardinaux "sord" ou "nud"...

    #26Verfasserrobojingler (1321596) 18 Nov. 21, 13:18
    Kommentar

    @robojingler: *lach* merci 🙂

    #28VerfasserMoi Gab (456541) 18 Nov. 21, 14:08
    Kommentar

    :) @ robojinger, mais es gibt N-S-W-O,

    aber auch NNW, NW, NWW und das für alle 4 !


    #29Verfasserama-ryllis (1081929) 18 Nov. 21, 15:25
    Kommentar

    Ich finde die Ausgangsdiskussion spannend, auch weil ich für mich noch keine (mich) überzeugende Position in der Frage gefunden habe.


    Stellungnahme des PR zur Kontroverse:

    https://dictionnaire.lerobert.com/dis-moi-rob...

    Chères lectrices, chers lecteurs,

    Suite à l’ajout il y a quelques semaines du mot « iel » dans notre dictionnaire en ligne Dico en ligne Le Robert (https://dictionnaire.lerobert.com/definition/iel), un débat animé nourrit les réseaux sociaux, débat qui a été repris par certains médias et par des personnalités politiques.

    Si une majorité d’entre vous a fait part de sa satisfaction à voir apparaître ce mot dans un dictionnaire Le Robert, d’autres ont pu se montrer surpris, sinon indignés. Positivons : que la controverse autour de notre langue, de son évolution et de ses usages, puisse parfois être vive, parfois houleuse, ce n’est pas nouveau, on peut même y voir un excellent signe de sa vitalité.

    Nous souhaitons néanmoins préciser ici pourquoi nous avons intégré ce mot dans Dico en ligne Le Robert et vous donner un éclairage sur les critères et les circuits de décision qui président à l'intégration d'un mot dans un dictionnaire Le Robert.

    Depuis quelques mois, les documentalistes du Robert ont constaté un usage croissant du mot « iel ». La fréquence d’usage d’un mot est étudiée à travers l’analyse statistique de vastes corpus de textes, issus de sources variées. C’est cette veille constante qui nous permet de repérer l’émergence de nouveaux mots, locutions, sens, etc.

    Le mot « iel » a été discuté début octobre en comité de rédaction Le Robert, au cours duquel il a été décidé de l’intégrer dans notre dictionnaire en ligne : si son usage est encore relativement faible (ce que nous avons souligné dans l’article en faisant précéder la définition de la marque « rare »), il est en forte croissance depuis quelques mois. De surcroît, le sens du mot « iel » ne se comprend pas à sa seule lecture – dans le jargon des lexicographes, on dit qu’il n’est pas « transparent » –, et il nous est apparu utile de préciser son sens pour celles et ceux qui le croisent, qu'ils souhaitent l’employer ou au contraire… le rejeter.

    Est-il utile de rappeler que Le Robert, comme tous les dictionnaires, inclut de nombreux mots porteurs d’idées, présentes ou passées, de tendances sociétales, etc. ? Ce qui ne vaut évidemment pas assentiment ou adhésion au sens véhiculé par ces mots. Dit plus clairement : ce n’est pas le sujet pour nos lexicographes. La mission du Robert est d’observer l’évolution d’une langue française en mouvement, diverse, et d’en rendre compte. Définir les mots qui disent le monde, c'est aider à mieux le comprendre.

     Charles Bimbenet

    Directeur général des Éditions Le Robert  


    Die Begründungen "Wortverwendung nimmt zu" kombiniert mit "Nutzer*innen sollen bei nicht-selbsterklärenden Begriffen fündig werden" begegnen uns ja auch manchmal bei Leo-Neueintragsvorschlägen. Ich finde sie schlüssig (mit dem Unterschied, dass bei Leo ja auch Diskussionen gefunden werden können).

    Was meint ihr?


    Noch ein Internetfund: Übungen, um Geschlechteridentität zu reflektieren und einen offenen Umgang zu fördern. Vielleicht hat ja jemand Bedarf ;-)

    https://lehrerweb.wien/praxis/praxis-ideen/id...


    Und weil vorhin danach gefragt wurde: Im Deutschen wurden z. B.Xier, Hen, They, Nin, Seis vorgeschlagen.

    #30Verfasserrourou (360510)  18 Nov. 21, 15:35
    Kommentar

    interessant, rourou,


    aber die Vorschläge aus Deutschland sind für mein Gefühl jenseits allen Verständnisses.

    Da kommt mir der Ansatz aus Frankreich, die vorhandenen Personalpronomina zu verändern, sinnvoller vor.

    #31Verfasserama-ryllis (1081929) 18 Nov. 21, 16:17
    Kommentar
    #32VerfasserClélia (601872) 18 Nov. 21, 17:00
    Kommentar
    #33Verfasserrobojingler (1321596) 18 Nov. 21, 18:19
    Kommentar

    Im Deutschen kenne ich schon länger "sier" (für sie + er), wobei das "ier" wie bei "Tier"ausgesprochen wird. Ich finde es auch vom Klang schöner und etymologisch folgerichtiger als "xier", was ich manchmal lese. Natürlich kommt dann noch die ganze Deklination dazu.

    #34VerfasserpeterStein (1305668)  19 Nov. 21, 05:16
    Kommentar

    Man könnte es auch bei den bestehenden Personalpronomina belassen, und den Transmenschen anbieten, dass sie sich für eines entscheiden sollen.

    (Nicht-Transmenschen haben diese Möglichkeit nicht, sich eines auszusuchen, oder ??

    könnten dann alle sich ihr Lieblingspersonalpronomen aussuchen ? ... ;)

    Man könnte den Transmenschen auch vorschlagen, sie mögen sich mit ihrem angeborenen Geschlecht auseinandersetzen.

    [Nicht-Transmenschen] haben auch Eigenschaften, die ihnen ganz und gar nicht gefallen, und mit denen sie sich irgendwie auseinandersetzen müssen.

    Auf diese Weise würden Transmenschen eventuell eine ganz neue Form von Weiblichkeit oder Männlichkeit entwickeln können.

    Aber insgesamt wackelt hier der Schwanz mit dem Hund.

    Also 5 % der Menschen verlangen von 95 % der Menschen, sie mögen doch bitte ein neues Personalpronomen erfinden für sie mit allen Umständlichkeiten, die damit verbunden sind.


    Wohlgemerkt ist das nur eine der möglichen Perspektiven für mich. Ich kann auch Verständnis haben für alle möglichen Anliegen ...

    aber xier oder sier werde ich niemals akzeptieren, auch die anderen absurden Silben nicht ...


    eine schlimme Diskussion ist das,

    und man hätte Lust, sie mit einem schlichten Verbot einfach zu untersagen ...


    ;(


    #35Verfasserama-ryllis (1081929) Beitrag durch das LEO-Team editiert 19 Nov. 21, 09:01
    Kommentar

    Désolée, mais cette mode idiote qui consiste à massacrer la langue au nom d'une idéologie quelle qu'elle soit m'insupporte.


    "... des demi-instruits s’inventent un langage propre par snobisme, tiennent un discours victimaire dans lequel la grammaire est l’agresseur imaginaire et se donne des frissons de subversion en violant une langue qui ne leur a rien fait.

    La crétinerie ... ne se cantonne pas à quelques esprits dérangés américains… elle imprègne aussi des cerveaux français responsables des aberrants « femmage » (parce que dans « hommage », il y a « homme » !), « matrimoine » (le « patrimoine », c’est mâle, donc c’est mal !) ou, récemment « Dieu.e » ! Tant de stupidité, tant d’inculture, ça laisse pantois. 

    Le genre d’un mot n’a pas de relation nécessaire avec celui de la chose qu’il désigne : bien des femmes sont des génies ou des tyrans, beaucoup d’hommes des crapules ou des victimes ...

    Et les mâles de l’hirondelle et de la girafe ? et les femelles de l’épervier et du homard ?...

     « masculin » et « féminin » ne signifient pas la même chose selon qu’ils sont utilisés en grammaire ou dans le monde social. Les êtres vivants ont un sexe – les mots : non ! Dire d’un mot qu’il est de genre « masculin » ou « féminin » ne fait référence à aucune caractéristique sexuelle mais bien formelle ...

    Accuser la grammaire de sexisme, c’est comme accuser la pluie d’être méchante parce qu’elle nous mouille. La grammaire n’est qu’un ensemble de conventions descriptives qui permettent l’usage commun de la langue."

    Tiré de :

    L’écriture excluante – CinciVox

    #36VerfasserClélia (601872)  19 Nov. 21, 09:10
    Kommentar
    Merci Clelia pour cet article !
    #37VerfasserRegenpfeifer (1228344) 19 Nov. 21, 09:16
    Kommentar

    "Dire d’un mot qu’il est de genre « masculin » ou « féminin » ne fait référence à aucune caractéristique sexuelle mais bien formelle ..."


    Ne pas oublier que tout ça vient des USA, où toutes les choses sont neutres.


    Le matrimoine ? Si historiquement la terre vient du père, c'est indubitablement de la mère que vient la langue. La langue maternelle ! Le trésor héréditaire de nos mère et grand-mères.


    Pour moi, vouloir sexuer les choses et les fonctions, c'est révéler aux autres son obsession sexuelle. Ca trahit qu'on "ne pense qu'à ça".

    #38VerfasserRetro loc (1325081)  19 Nov. 21, 10:15
    Kommentar

    Merci Clélia ! Très intéressant.

    #39VerfasserTheoD (392230) 19 Nov. 21, 11:04
    Kommentar

    un dictionnaire est un dictionnaire -

    pas si mauvais quand on rencontre ce mot "iel" ou "ielle" dans un texte, de trouver la signification dans un dictionnaire, même si le mot n'existe pas longtemps ...

    #40Verfasserama-ryllis (1081929) 19 Nov. 21, 13:06
    Kommentar

    @ ama-ryllis : Oui, c'est d'ailleurs ce que les éditions Le Robert ont répondu aux critiques : Ce n'est qu'une information qui n'oblige personne à employer ce nouveau mot. Ce qui me dérange, c'est que ceux qui crèent artificiellement de tels néologismes espèrent imposer par ce moyen leur vision du monde dont ils estiment qu'elle est la seule valable.

    #41VerfasserClélia (601872)  19 Nov. 21, 14:30
    Kommentar

    Le dictionnaire en question ne distingue pas les mots "existants" ou "reconnus" de ceux qui sont fraîchement inventés ou même débattus ou combattus.

    Le "service d'information" rendu au lecteur serait le même, si ces syllabes curieuses étaient séparément rassemblées à la fin du livre.

    #42VerfasserRetro loc (1325081) 19 Nov. 21, 14:39
    Kommentar

    La discussion sur l'écriture inclusive en France me fait penser à la discussion des théologiens (orthodoxes) sur le sexe des anges pendant le Siège de Constantinople par les Ottomans en 1453.

     

    #43Verfasserymarc (264504) 19 Nov. 21, 18:40
    Kommentar

    A propos du genre des mots :

    Une question toute simple qu'on vient de me poser et à laquelle je ne savais pas répondre : Comment s'adresse-t-on à une avocate (avec laquelle on collabore depuis quelque temps) et comment accorde-t-on le mot cher en évitant d'avoir l'air sexiste ? J'ai dû chercher la réponse sur internet 😊 !


    #44VerfasserClélia (601872)  20 Nov. 21, 18:33
    Kommentar

    Chère Maître

    (je suppose)

    On ne va pas lui dire :

    Chère Maîtresse !


    #45Verfasserymarc (264504) 20 Nov. 21, 19:08
    Kommentar

    je n'ai pas répondu au #41, parce que la question me rappelle Jacques Derrida et Judith Butler,

    sans que je connaisse trop de ce qu'ils ont publié -

    grosso modo il s'agit je crois, de la pensée que la langue ne décrit pas seulement la réalite, mais que la langue peut créer la réalité -

    d'ou l'idée de créer une nouvelle réalité en utilisant de nouveaux mots, je suppose ...


    Tout comme Theodor Fontane le fait dire le père d'Effi Briest : "Das ist ein sehr weites Feld".


    #46Verfasserama-ryllis (1081929) 20 Nov. 21, 19:44
    Kommentar

    La Novlangue d'Orwell ?!

    #47VerfasserRegenpfeifer (1228344) 21 Nov. 21, 07:09
    Kommentar

    @ ymarc :


    Sur internet, on trouve la réponse suivante qui montre bien les différents aspects de la féminisation des mots :

    Finalement, on en revient avec votre question à la féminisation des titres et des fonctions dans la langue française. Ce n’est pas simplement une question d’orthographe et de correction de la langue mais aussi un débat de société qui voit s’affronter des positions idéologiques et des réactions épidermiques. Les règles et surtout les usages bougent beaucoup en la matière. Si vous estimez qu’une femme est une avocate et non un avocat, alors il faut écrire Chère maître. Il n’y a aucune incorrection.

    Certaines femmes élues refusent qu’on les appelle « Madame la Maire », elles préfèrent « Madame le Maire »…d’autres y tiennent absolument et ce sont les intéressées qui donnent la tendance.

    Vous pouvez quoi qu’il arrive, écrire tout simplement « Maître » comme formule d’appel. Le cher n’est pas obligatoire.

    C’est l’équivalent de Madame / Chère Madame.

    https://www.question-orthographe.fr/question/...

    ______


    Merci ama-ryllis pour ces citations bien à propos. La première est très intéressante et me donne à réfléchir.

    ______


    Pas vu Regenpfeifer. Oui, pour moi ce iel évoque bien la sinistre novlangue d'Orwell.

    _______


    @ Retro Loc (#38) : Ne pas oublier que tout ça vient des USA :

    En effet, cette remarque est importante : ce iels est censé correspondre au they de l'anglais, mais comme le signale TheoD ( (#15) : (bizarrement), iel reste connoté masculin et ielle, féminin, au pluriel aussi ! Et d'ailleurs, qu'est-ce qui nous oblige à calquer le français sur l'anglais ?!!

    #48VerfasserClélia (601872)  21 Nov. 21, 07:12
    Kommentar

    On pense tous dans une langue, c'est une certitude.

    Mais confier aux mots le rôle de changer les pensées dans toute la Société a certainement ses limites !

    Dans la langue turque, les mots n'ont pas de genre, et il ne me semble pas que cela ait rendu la Société plus égalitaire !

    #49VerfasserRetro loc (1325081)  22 Nov. 21, 09:07
    Kommentar

    Bernard Cerquiglini, connu comme un linguiste progressiste (Il a été favorable à la féminisation des noms de métiers), justifie la décision du dictionnaire Larousse, pour lequel il travaille comme conseiller scientifique, de ne pas introduire le pronom iel dans sa nouvelle édition : "Ce mot n'appartient pas - encore - à la langue générale et n'a donc pas à entrer dans un dictionnaire usuel, en un volume, qui regroupe 80'000 mots", précise ce lexicographe, qui a exercé de nombreuses fonctions au ministère français de l’Education nationale et au Conseil supérieur de la langue française.

    Pour ce linguiste, peut-être l’un des plus célèbres du monde francophone, la décision du Robert est "imprudente".

    "Le neutre du latin ... a disparu au profit d'un système à deux genres. C'est le système de la langue française et de bien des langues romanes. Et on ne touche pas à un système ainsi, par simple militantisme", affirme le spécialiste, pour qui il s'agit du coeur de la langue.

    Le pronom "iel" n'est pas encore entré dans la langue de tous les jours, ajoute-t-il. Contrairement à tout un vocabulaire issu de la pandémie, que le Larousse a fait entrer l'année passée dans son répertoire.

    Bernard Cerquiglini s'indigne aussi contre l'écriture inclusive - qui intègre tous les genres dans la typographie d'un même mot.

    https://www.rts.ch/info/monde/12660165-le-pro...

    #50VerfasserClélia (601872)  22 Nov. 21, 16:27
    Kommentar
    Voilà un homme sensé....
    #51VerfasserRegenpfeifer (1228344) 22 Nov. 21, 17:14
    Kommentar

    L'écriture inclusive, nouvelle bataille de France

    Piégeux·se·s. Une graphie non sexiste pourrait-elle aider à réduire les inégalités ? Loin de rassembler, elle divise jusqu'aux féministes. Récit.

    Voir les articles du POINT à ce sujet (lepoint.fr)


    #52Verfasserymarc (264504) 23 Nov. 21, 15:14
    Kommentar

    Je plains les malheureux qui ont appris à lire en photographiant les mots (méthode globale). Il ne peuvent certainement plus lire avec fluidité.

    #53VerfasserRetro loc (1325081) 23 Nov. 21, 16:14
    Kommentar

    Féminisme outrancier et règles élémentaires de la grammaire française incompatibles 😊 !

    "Militante pour l'écriture inclusive, féministe et écologiste, Sandrine Rousseau ... a fait un discours vibrant pour remercier celles et ceux qui l'ont élue députée ... elle a fait une faute de grammaire alors qu'elle souhaitait intégrer femmes et hommes à égalité dans son discours ...Sandrine Rousseau a déclaré : "Bravo à vous pour la magnifique campagne que vous avez fait et faite! Je peux vous dire que tout le monde m'en parle." Cependant, cette phrase, même si l'on respecte l'orthographe inclusive, est fausse. Employé avec l'auxiliaire "avoir", le participe passé ne s'accorde jamais avec son sujet... il s'accorde en genre et en nombre avec le complément d'objet direct lorsque celui-ci est placé avant le verbe. Il aurait donc fallu se contenter de dire : "La campagne que vous avez faitE", le COD étant le mot féminin singulier "la campagne".

    https://www.purepeople.com/article/sandrine-r...

    #54VerfasserClélia (601872)  22 Jun. 22, 16:23
     
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  
 
 
  • Pinyin
     
  • Tastatur
     
  • Sonderzeichen
     
  • Lautschrift
     
 
:-) automatisch zu 🙂 umgewandelt