Publicité
LEO

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Souhaitez-vous apporter votre soutien à LEO ?

Alors désactivez le bloqueur pour le site de LEO ou bien faites un don !

 
  •  
  • Sujet

    Un texte trop difficile

    Commentaire

    L'un des textes proposés au baccalauréat cette année était tiré du roman « Jours de colère » de Sylvie Germain (1989). Les élèves l'ont jugé trop difficile et se sont défoulés sur les réseaux sociaux en abreuvant son auteur d'injures, allant jusqu'à la menacer de mort, alors qu'elle n'y pouvait rien : elle n'avait pas été informée que l'un de ses textes avait été choisi, afin de "préserver la confidentialité de l'épreuve".

    https://www.bfmtv.com/societe/aussi-absurde-q...

    Je trouve ce texte magnifique, mais je peux éventuellement comprendre que certains élèves aient été décontenancés par toutes ces images et ces métaphores. Sylvie Germain dit elle-même :"J’ai été étonnée, et touchée par le choix d’un de mes livres, et aussi légèrement perplexe devant cet extrait peut-être peu évident hors contexte". Il n'en demeure pas moins qu'écrire de telles sottises sur internet à un âge où on est censé être capable de réfléchir n'est pas acceptable.

    https://www.etudes-litteraires.com/bac-franca...

    AuteurClélia (601872)  08 Juill. 22, 15:25
    Commentaire

    "Trop" difficile, mais 86% de lauréats avant ratrappage.


    Chacun se fera son opinion.


    Quelles auraient été les commentaires avec 86% de recalés ?

    #1AuteurRetroloc (1323950)  08 Juill. 22, 15:29
    Commentaire

    @ Retroloc

    Je ne prétends pas que ce texte était trop difficile, j'essaie seulement de comprendre la réaction des élèves.

    #2AuteurClélia (601872) 08 Juill. 22, 15:47
    Commentaire

    D'une manière générale, se plaindre de l'examen est malvenu. C'est d'abord revendiquer sa faiblesse.


    Le but de l'examen est de départager les niveaux. Le "bon" sujet génère des notes réparties de zéro à vingt. Si toutes les notres sont très basses, très élevées ou très proches, alors le sujet était "mauvais" puisqu'il n'a pas permis de départager..


    La question du niveau de l'épreuve se pose tout naturellement quand elle débouche sur 90% de lauréats.


    Quant aux menaces adressées à l'auteur, elles sont évidemment insensées.

    Une "faveur" réservée aux auteurs encore vivants...


    Je ne sais pas si j'aurais su faire un commentaire bien noté, dans les règles et la forme requise, mais je trouve le texte inspirant.

    Celui qui connait le Morvan ressent la justesse de l'écriture. Des mots ont été choisis qui incarnent un ressenti non-encore verbalisé. Le cerveau gauche lit ce que le cerveau droit ressentait déjà sans savoir le formuler; magie de la littérature. Oui, dans cette dure région, la Nature a formé les Hommes à son image.


    Remarque sans polémique: les Nazis ont trouvé dans le Morvan une résistance tenace, car il ne suffit pas d'être dur, violent et méchant pour faire plier ces hommes-là. La Nature est déjà ainsi, et pourtant ils lui tiennent tête depuis des générations.

    #3AuteurRetroloc (1323950)  08 Juill. 22, 17:23
    Commentaire

    Jean-Paul Brighelli, professeur de lettres et auteur du livre intitulé La Fabrique du Crétin - vers l'Apocalypse scolaire, prétend que, dans un texte standard, la moitié des mots sont incompréhensibles par la génération qui arrive actuellement au bac. Difficile à vérifier, mais si c'est vrai, c'est quand même assez inquiétant.

    #4AuteurClélia (601872)  08 Juill. 22, 20:53
    Commentaire

    Les jeunes d'aujourd'hui communiquent volontiers en ligne.

    Ils sont à l'aise avec les nouvelles technologies.

    Mais, sinon, ils disposent généralement d'un code restreint et non élaboré.

    C'est ce que j'ai constaté lors de mon dernier séjour en France

    en écoutant parler de futurs bacheliers à la sortie de leur lycée.

    #5Auteurymarc (264504) 09 Juill. 22, 19:22
    Commentaire

    Sur iNA.fr il est facile d'écouter des jeunes des sept dernières décennies. Même s'ils faisaient un effort (variable) devant la caméra, c'est tout d'abord et principalement la différence de niveau de langue orale qui saute aux oreilles.

    #6AuteurRetroloc (1323950) 11 Juill. 22, 09:11
    Commentaire

    https://de.wikipedia.org/wiki/Morvan

    Der Morvan war stets eine dünn besiedelte Region und von Armut geprägt. Die Bevölkerung lebte von karger Landwirtschaft und die Männer arbeiteten als Holzfäller und Flößer auf den zahlreichen Flüssen der Region. Die Frauen verdienten ihren Lebensunterhalt als Ammen, denen die öffentliche Fürsorge Les petits Paris, Waisenkinder aus Paris, anvertraute. Im Mittelalter waren es die Zisterzienser, die in der Region zahlreiche Klausen und Kapellen errichteten, den kargen Boden urbar machten und viel zur Entwicklung der Region beitrugen. Auch noch später ließen sich Mönche im Morvan nieder: so wurde 1850 die Abtei Abbaye De La Pierre-Qui-Vire gegründet, die heute noch bewirtschaftet wird.

    Während der deutschen Besetzung des Landes im Zweiten Weltkrieg war die Region ein Schwerpunkt der Résistance, mit bis zu 10.000 Kämpfern auf dem Höhepunkt im Sommer 1944, kurz vor der Befreiung. Dies ehrt die heutige Regierung durch die Aufnahme Morvans in das Register der Chemins de mémoires, der „Straße der Gedächtnisorte“.


    zu #2 - "j'essaie seulement de comprendre la réaction des élèves."

    Je pense que la réalité de la plupart des élèves est bien différente de la vie des gens du Morvan.

    Il est difficile de comprendre ou d'imaginer une vie avec laquelle on n'a rien en commun et qu'on ne connaît pas du tout.


    Que pensez-vous du nom de la mère Reinette-la-Grasse. Pour moi, il sonne antipathique.

    Une autre raison pourquoi les élèves, jeunes gens quand même, refusent l'exposé.




    #7Auteurama-ryllis (1081929) 11 Juill. 22, 10:07
    Commentaire

    @ ama-ryllis :

    Oui, tu as certainement raison. Toutefois, ces élèves ne sont plus des enfants, mais de jeunes adultes. Ils se présentent aux épreuves du baccalauréat et sont censés avoir suivi des cours de littérature. Pour comprendre les grands auteurs français, par exemple Rabelais, Molière, Corneille, Racine, Pascal, Voltaire, Montaigne, Flaubert, Balzac, Maupassant, Camus, Sartre ..., il faut faire l'effort d'entrer dans un monde inconnu, une époque différente et d'enrichir son vocabulaire. On pourrait bien sûr décider de supprimer les cours de littérature et de les remplacer par autre chose...

    L'un de mes neveux est resté imperméable à la Phèdre de Racine. Son commentaire : La seule chose intéressante dans cette histoire, c'est le monstre à la fin, mais on ne nous dit même pas comment il était.

    Ma petite-fille (treize ans) qui dévore tous les livres qui lui tombent sous la main, a découvert avec émerveillement Le Bonheur des Dames de Zola et a présenté ce livre à sa classe, espérant encourager ses camarades à le lire. Commentaire de son (jeune) professeur : C'est beaucoup trop long, je ne lis jamais un livre de plus de cent pages !

    Reinette-La -Grasse évoque la grenouille qui voulait être plus grosse qu'un bœuf :

    Dans les villages, il est fréquent que l'on donne des surnoms aux gens, souvent en fonction de l'un de leurs défauts. On en trouve plusieurs dans les nouvelles de Maupassant : Une jeune femme est surnommée "Ça ira" parce qu'elle se plaint sans cesse de son sort. "Boule de Suif " est celui d'une prostituée au grand cœur. Il souligne son embonpoint ainsi que ses formes arrondies.

    #8AuteurClélia (601872)  11 Juill. 22, 10:34
    Commentaire

    Certains acceptent par la lecture de "sortir de leur monde" et de s'intéresser à des histoires imaginaires, d'extra-terrestres, de chimères ou de magiciens mais refusent de se laisser immerger dans d'autres mondes (autres siècles, autres continents) qui sont ou ont été bien réels.

    Je comprend le désir d'évasion, mais je ne comprends pas le mépris du réel.

    #9AuteurRetroloc (1323950) 11 Juill. 22, 11:40
    Commentaire

    du point de vue linguistique, je trouve que le texte n'est pas trop difficile,

    ce n'était pas par hasard une konzertierte Aktion ?


    #9 - il en est de même en Allemagne

    les jeunes passent leur temps à communiquer en ligne,

    ils créent leur réponses, la question n'est plus: "qu'est-ce je fais aux autres", mais "qu'est-ce que je leur dis" ?

    etc.


    #10Auteurama-ryllis (1081929) 11 Juill. 22, 12:38
    Commentaire

    Je dirais que c'est un signe des temps. C'est la stratégie Trump: quand il a fait une connerie, c'est soit un autre qui casque pour lui, soit un mensonge.

    Et c'est vrai: les gens veulent des diplômes et des gros salaires sans fournir le moindre effort et particulièrement les jeunes, je le vois autour de moi.

    Et puis le texte n'est pas si difficile que ça, les quelques mots un peu spéciaux ont une orthographe logique.

    Ou il y en a pour écrire séculaire: çaikulère?




    #11AuteurGrossbouff (465598)  25 Aug. 22, 09:38
     
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  
 
 
  • Pinyin
     
  • Clavier
     
  • Caractères spéciaux
     
  • En phonétique
     
 
 
:-) transformé automatiquement en 🙂