Publicité
LEO

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Souhaitez-vous apporter votre soutien à LEO ?

Alors désactivez le bloqueur pour le site de LEO ou bien faites un don !

 
  •  
  • Sujet

    Groupe pétrolier Total

    Commentaire

    Ce groupe continue de vendre des carburants à la Russie. Il faut le bannir du marché.

    Auteur leloup54 (865959) 24 Aug. 22, 18:06
    Commentaire

    Pour informer un peu plus, je donne un lien vers un article de "Le Monde" dont j'ai copié un extrait:

    En Russie, TotalEnergies n’exporte pas seulement du gaz vers l’Europe, comme il l’explique souvent pour justifier sa présence sur place. Le géant pétrolier français exploite, avec son partenaire local Novatek, un gisement d’où sont extraits des condensats de gaz, un hydrocarbure liquide qui, une fois transformé en kérosène, sert à ravitailler des avions de combat russes engagés dans la guerre en Ukraine.

    https://www.lemonde.fr/international/article/...


    Darüber, dass sich der Konzern dem Zahlen einer eventuellen Übergewinnsteuer entziehen konnte, indem er seine Preise an Zapfsäulen für eine gewisse Zeit etwas senken will, habe ich mich vor ein paar Wochen schon gewundert.


    Vom 1. September bis zum 1. November verkauft er den Sprit 20 Centimes billiger (als was?), vom 1. Nov. bis zum 31. Dez. werden es 10 Centimes sein. Und dann?


    Viel Steuern gespart, an den Tankstellen im Vergleich dazu nichts verloren, sondern wahrscheinlich sogar was gewonnen, weil diejenigen, die eine Total-Tankstelle in der Nähe haben, in der Zeit auch nur da und nirgendwo anders tanken. Die Masse gleicht die Reduktion wieder aus.Klar, es gibt sehr, sehr viele Totaltankstellen in Frankreich, ich kenne aber einige Gegenden, wo in einem Umkreis von 50 km und noch viel weiter, keine einzige vorhanden ist.

    Die Steuerzahler, die keine Total-Zapfsäulen in angemessener Entfernung haben, profitieren von nichts.Total stellte es aber dar, als präferierten sie eine Methode, die unmittelbar der Kaufkraft der Franzosen stärke, Le Maire stieß ins selbe Horn.


    DIE Franzosen? DIE Konsumenten? Um welche Summen es eigentlich bei der Steuerersparnis bzw. bei der Reduktion geht, wurde nicht mitgeteilt.


    "Cet engagement de TotalEnergies vient accompagner les mesures gouvernementales de soutien direct au pouvoir d’achat des Français. Notre priorité va donc aux consommateurs car nous préférons faire une contribution immédiate et directe pour nos clients, plutôt qu’une taxe indirecte qui pénaliserait nos raffineries", explique Patrick Pouyanné, le PDG de Total.

    "Je préfère que l’argent aille dans la poche des consommateurs, plutôt que dans la poche de l’Etat, et je préfère le geste de Total à une taxe supplémentaire dans un pays qui regorge déjà de taxes, se félicite Bruno Le Maire.

    https://rmc.bfmtv.com/actualites/economie/pri...

    #1Auteur Ceesem (719060) 25 Aug. 22, 10:29
    Commentaire

    L'Europe n'achète plus de prétrole (brut) à la Russie.


    Elle achète à la place de l'essence et du gazole raffinés en Inde, à partir de pétrole russe.

    Elle achète aussi le surplus d'exportation de l'Arabie Séoudite.

    Ce surplus n'est pas la conséquence d'un surcroît de production, elle ne le peut pas. Elle exporte ce que jusqu'à présent elle consommait elle-même. Aujourd'hui elle importe de Russie sa consommation intérieure et exporte la totalité de sa production.


    Ainsi certains pensent éviter de perdre la face. Cela semble l'essentiel pour eux, après la maximisation de leurs profits.


    Sans surprise, il apparaît que le pétrole n'a pas de nationalité.

    En devant faire des détours et circonvolutions, il termine plus cher chez son consommateur final.


    Quant aux compagnies pétrolières privées, qui croit encore qu'elles ont une "patrie' ou une 'nationalité", ou qu'elles poursuivent des objectifs politiques en dehors de leurs intérêts économiques ?


    NB: je serais bien étonné d'apprendre que l'armée russe confie à des intérêts étrangers le soin de l'approvisionner en carburants...

    #3AuteurRetroloc (1323950) 29 Aug. 22, 10:51
    Commentaire

    je serais bien étonné d'apprendre que l'armée russe confie à des intérêts étrangers le soin de l'approvisionner en carburants...


    Moi, cela ne m'étonnerait point. Hitler a violé la Pologne, Poutine viole l'Ukraine. Hitler a acheté des armes lourdes à Oerlikon, un fabricant Suisse. Hitler et Poutine ont beaucoup de points en commun, et ce dernier a des "amis" en Inde et en Chine.

    #4Auteur leloup54 (865959) 31 Aug. 22, 13:44
    Commentaire

    AH a attendu que Rockfeller lui donne la technique pour faire de l'essence liquide à partir du charbon de Thuringe, pour, quelques jours seulement après, lancer sa guerre mécanisée vers la Pologne.

    Ce n'est pas en comptant sur du carburant étranger qu'il aurait pu se lancer dans la guerre.


    Soyons raisonnables. Imaginons que l'appel au boycott ait un écho et que 100.000 Occidentaux renoncent à faire un plein de 40 litres chez Total. Qui croirait un instant que ça mettrait Total dans une telle gêne, qu'il irait intercéder au Krémlin pour qu'il renonce à sa politique martiale ? Qui croirait un instant que le Kremlin, compatissant aux pertes de clientèle de son fournisseur, mettrait fins à ses opérations... juste dans l'espoir qu'il retrouve ses clients perdus ?


    Ce genre d'appel est insignifiant et ne satisfait que celui qui le professe.

    Faut-il aussi accessoirement préciser que la Loi française interdit tout appel au boycott ?

    #5Auteur Retro-Loc (1365203) 31 Aug. 22, 14:16
    Commentaire

    Faut-il aussi accessoirement préciser que la Loi française interdit tout appel au boycott ?


    Ce n'est pas correct resp. imprécis


    La loi française interdit tout boycott  à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée » et, en son alinéa suivant, le fait d’avoir ainsi « provoqué à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou identité de genre ou de leur handicap » ou, « à l’égard des mêmes personnes, aux discriminations prévues par les articles 225-2 et 432-7 du Code pénal ».

    C'était interprété comme ça par exemple quand la justice française a condamné des personnes pour des appels au boycott de produits israéliens.

    Jugement qui n'a pas tenu d'ailleurs devant la Cour européenne des droits de l’homme qui a condamné la France en juin 2020 pour avoir violé l'article 10 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales (ConvEDH) relatif à la liberté d’expression et à ses nécessaires limites.

    .

    L'action sous le hashtag #NoëlSansAmazonen 2020 par contre n'était pas illégale.

    #6Auteur Ceesem (719060) 31 Aug. 22, 16:46
    Commentaire

    "Deux fondements juridiques permettent de poursuivre des appels au boycott: la loi de 1881 sur la presse qui punit d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende la provocation publique à la discrimination et le code pénal (article 225-2) qui précise qu'«entraver l'exercice normal d'une activité économique quelconque» est bien une discrimination.

    «L'entrave d'une activité économique a été ajoutée au code pénal en 1977" (Libération)


    Il y a manifestement des jurisprudences contradictoires.


    "Le boycott est illégal pour la plus haute juridiction française car il est assimilable à une discrimination, mais l'appel au boycott ne l'est pas pour la Cour européenne des droits de l'homme" (Wikipédia)

    #7Auteur Retro-Loc (1365203) 01 Sept. 22, 09:39
    Commentaire

    "Le boycott est illégal pour la plus haute juridiction française car il est assimilable à une discrimination.


    Dans le contexte TotalEnergies cette phrase de chez Wikipédia est drôle Comment la jurisprudence française voudrait-elle poursuivre, condamner et punir les consommateurs à cause de ce qu'ils achètent ou pas?.

    #8Auteur Ceesem (719060) 01 Sept. 22, 10:00
    Commentaire

    Le consommateur est libre de ses achats.

    C'est l'appel au boycott qui est répréhensible, pas le boycott lui-même.


    Entre-nous, s'agissant d'une multinationale tentaculaire, pour que la perte de quelques consommateurs dans un ou deux pays seulement, fasse sensiblement reculer ses affaires au point de remettre en cause ses choix d'envergure, il faudrait... un miracle ?


    C'est appels sont des incantations, c'est du vent.


    #9Auteur Retro-Loc (1365203)  01 Sept. 22, 14:06
    Commentaire

    Toujours parlant que des boykotts par des consommateurs contre des entreprises

    ou des appels à cette forme de boycott.

    C'est l'appel au boycott qui est répréhensible, pas le boycott lui-même.

    Là, tu ne dis plus la même chose qu'avant, où tu cites:

    "Le boycott est illégal pour la plus haute juridiction française.


    Et cet appel au boycott, je le redis, n'est pas répréhensible dans tous les cas.

    Si tu dis "N'achetez plus rien dans le magasin Tel, leurs propriétaires sont homosexuels/ne sont pas français./Il faut boycotter la marchandise de Mme Telle, elle est musulmane/noire/." c'est en effet de la discrimination. Tout à fait d'accord que ça soit interdit par la loi, et les auteurs d'un tel appel soient punis.


    Mais ça n'a rien à voir avec le cas de Total ici.


    Si tout appel au boycott était toujours si inoffensif, il n'y aurait pas eu besoin d'une loi qui l'interdit.

    Depuis la page dont tu as cité dans le # 7, mais sous un autre sous-titre:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Boycott#Boycott...

    D'où on est mené entre-autres à:

    Résumé: "70 % de Français se disent prêts à participer à des campagnes de boycott, 38 % disent tenir compte de l'éthique d'une entreprise dans leur acte d'achat. Il est donc impossible d'ignorer aujourd'hui cette nouvelle forme de contestation citoyenne. L'auteure analyse d'abord les raisons de la montée en puissance de cette consommation citoyenne, et souligne les conditions de succès (ou non) d'un boycott. Elle démontre ensuite l'impact réel d'un boycott sur la consommation et sur l'image de l'entreprise, et établit, pour finir, des schémas de contre-communication efficaces.

    L'auteure démontre à travers ce livre que le boycott représente l'un des enjeux majeurs de la communication de crise des années à venir, et qu'il accélère la mutation de la communication corporate vers une communication "responsable"."

    (on parle de l'auteure Caroline Fourest)

    #10Auteur Ceesem (719060)  01 Sept. 22, 16:51
    Commentaire

    La phrase en italique (Wiki) est un raccourci. Elle n'est pas ciselée comme un article de Loi.. Wiki n'est pas infaillible.L'action de boycotter n'est pas interdite, elle est la conséquence évidente de la liberté économique.


    Personnellement, et la jurisprudence contradictoire le montre, je trouve que le Texte permet trop d'interprétations et donc trop de pressions et copinages. Le juge se prononcera non pas sur la froideur des faits, mais sur la personnalité du prévenu et l'image qu'il se fait de la victime.

    #11Auteur Retro-Loc (1365203) 02 Sept. 22, 08:47
    Commentaire

    Pratiquement tous les textes juridiques sont assez vagues, à mon avis.

    Leur interprétation est une activité quotidienne pour un juriste. Il y a même des règles d'interprétation et plusieurs méthodes d'interprétation qu'ils doivent/peuvent appliquer.

    La froideur des faits n'existe guère.

    Richter sind natürlich auch Menschen, haben Vorlieben, Abneigungen und menschliche Schwächen, trotzdem wäre ich vorsichtig damit, ihre Urteilsfindung bei auslegbaren Paragraphen automatisch mit copinages in Verbindung zu bringen oder zu behaupten, die Richter würden die Persönlichkeit des zu Verurteilenden als Grundlage nehmen.




    #12Auteur Ceesem (719060)  02 Sept. 22, 10:56
    Commentaire

    Je pensais plus à la personnalité de la victime et non pas du prévenu ! A sa nationalité aussi, à sa structure capitalistique encore.


    Avec les mêmes méthodes et les mêmes mots, discriminer et dénigrer un pays... ou un autre... sera-t-il jugé de la même manière ? Certes pas. Discriminer et dénigrer une politique, une entreprise... ou une autre... sera-t-il jugé de la même manière ? Certes pas.

    Chacun peut se l'imaginer aisément sans devoir donner d'exemple.


    Notons au passage que le boycott d'un système fiscal s'appèle la grève de l'impôt, ce que chaque pays condamne lourdement, pour ce qui le concerne lui-même.

    #13Auteur Retro-Loc (1365203) 02 Sept. 22, 12:02
     
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  
 
 
 
 
  transformé automatiquement en