Publicité
LEO

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Souhaitez-vous apporter votre soutien à LEO ?

Alors désactivez le bloqueur pour le site de LEO ou bien faites un don !

 
  •  
  • Accueil du forum

    Nouvelle entrée

    coquecigrue - die Posse, das alberne Zeug; der Dummkopf

    Nouvelle entrée

    coquecigrue - die Posse, das alberne Zeug; der Dummkopf

    Proposition alternative

    à la venue des coquecigrues

    -

    bis zum Sankt Nimmerleinstag


    Exemples/ définitions avec sources
    « Tomber dans le troisième / trente-sixième dessous »
    Essuyer un échec retentissant.
    Tomber dans la misère, dans une grande détresse.
    Certains imaginent que le 'dessous' de cette expression est un assemblage des mots 'des' et 'sous', "tomber dans le troisième des sous", voulant dire avoir bien moins de sous que nécessaire, donc être dans la misère. Mais ce sont là qu'affabulations, voire coquecigrues !
    [expressio] 2011-02-11 : Tomber dans le troisieme / trente-sixieme dessous
    Commentaire
    Weder im dico noch bei Pons oder im Langenscheidt PWF.

    Fündig geworden im Larousse GDB und vor allem im CNRTL:

    Vieilli
    A.− Oiseau imaginaire, fabuleux. [Une imagination évocatrice] de monstres ou de coquecigrues (Coppée, Franc-parler II, 1896, p. 196).
    − Loc. proverbiales. À la venue des coquecigrues. Jamais. Synon. à la Saint Glin-glin. Regarder voler des coquecigrues (cf. B 1). Parler, raisonner comme une coquecigrue (cf. B 2 p. méton.).
    Rem. On trouve parfois l'intensif coquecigrue de mer.
    B.− Au fig. :
    1. Fantasme, illusion. S'arracher aux coquecigrues d'un demi-sommeil (Lorrain, Heures Corse, 1905, p. 12).
    ♦ Regarder voler des coquecigrues. Se faire des illusions, s'occuper de choses chimériques.
    2. Spéc. Conte en l'air, baliverne, sornette, sottise. Conter, débiter des coquecigrues; se payer de coquecigrues. Les coquecigrues d'un prêtre naïf (Mauriac, Pascal et sa sœur, 1931, p. 64). Un inventeur de coquecigrues entouré de gobe-mouches (Arnoux, Rêverie policier, 1945, p. 167).
    − P. méton. Personne qui raconte des sottises, imbécile, ridicule. Parler, raisonner comme une coquecigrue. [Roi des contes de fées] ayant des fous et des coquecigrues pour ministres (J. Richepin, Paradis, 1894, p. 207).

    Im Wiktionary findet man die Etymologie:

    Étymologie
    Ce mot a été employé pour la première fois dans la littérature française par François Rabelais, sous l’orthographe cocquecigrue, qui raconte dans Gargantua comment Picrochole, vaincu et chassé de son royaume « fut avisé par une vieille lourpidon (sorcière) que son royaume lui serait rendu à la venue des coquecigrues. »
    La coquecigrue serait née de l’union d’un coq, d’une grue et de la ciguë, dont elle est d’ailleurs friande.
    Auteurmontefiasco (374669) 11 Feb 11, 12:28
    Commentaire
    Montefiasco, coquecigrue findet sich auch in meinem alten Littré und wird dort so definiert: 1. animal imaginaire dont le nom est employé dans divers locutions (siehe deinen "weiteren Neueintrag") ... 2. personne qui ne dit que des balivernes ... (siehe deinen Vorschlag 'Dummkopf') 3. Baliverne, conte en l'air (siehe deine ersten dt. Entsprechungen.

    Ich würde das Wort aber als vieilli oder litt. kennnzeichnen und als Genusmarkierung f hinzufügen.
    #1Auteurmars (236327) 11 Feb 11, 18:02
    Commentaire
    mars, herzlichen Dank für deine Recherche im Littré, den ich leider nicht besitze.

    Bleibt noch nachzutragen: "S'écrit également coxigrue."
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Coquecigrue

    (Eine Schreibweise, die mir gar nicht gefällt, weil sie den "coque" unkenntlich macht.
    #2Auteurmontefiasco (374669) 11 Feb 11, 22:05
    Commentaire
    "Weder im dico noch bei Pons oder im Langenscheidt PWF" schreibt Montefiasco.
    Im Sachs-Villatte gibt es noch einen Eintrag:
    veraltet
    1.fabelhafter Vogel F à la venue des ~s niemals
    2. F Albernheit,dummes Zeug
    #3AuteurBotulus (483001) 20 Dec 16, 19:48
    Contexte/ Exemples
    coquecigrue \kɔk.si.ɡʁy\ féminin
    (Littéraire) (Mythologie) (Vieilli) Animal imaginaire, chimérique et burlesque.
    Ils imaginent des visages à trois yeux, des femmes à deux têtes, toute une faune de monstres et de coquecigrues. — (Pierre-Henri SimonLes Raisins verts, 1950)
    Chimère, illusion.
    Je ne pus résister à la tentation ; je mets mon infanterie sur pied ; je mets tous les bonnets, coiffes et casaques qui n'étaient point nécessaires ; je vais dans ce mail, dont l'air est comme celui de ma chambre; je trouve mille coquecigrues, des moines blancs et noirs, plusieurs religieuses grises et blanches, du linge jeté par-ci, par-là, des hommes noirs, d'autres ensevelis tout droits contre des arbres, de petits hommes cachés, qui ne montraient que la tête, des prêtres qui n'osaient approcher. — (Madame de SévignéLettres, 12 juin 1680)
    Dans ce Yo-Yo international, l’Europe déconfite médite, ces temps-ci, deux messages. D’abord, Obama lui apprend qu’il ne se rendra pas à la rencontre annuelle Europe - Etats-Unis prévue en Espagne pour mai. Une défection cavalière qui fait jaser. Le second signal, tonitruant, lui fut expédié du sommet écologique et stérile de Copenhague : tandis que les Européens, Français en tête, faisaient grand tralala pour rallier la planète à leurs vues, Obama et son homologue chinois s’enfermaient vite fait dans un bureau et, dans notre dos, canardaient nos coquecigrues comme au tir aux pigeons... — (Claude Imbert, http://www.lepoint.fr/actualites-chroniques/2...)
    Quelle était donc sa France, sinon celle de construction tout intellectuelle qu'à l'école [...] ses maîtres lui avaient fabriquée? Un pays de systèmes, de principes, de lois et d'institutions, une nation en mouvement d'idées, en création de coquecigrues et fière surtout d'avoir donné l'apparence de la vie à des vues de l'esprit qu'elle appelait la liberté, l'égalité et la fraternité. — (Maurice BedelLe mariage des couleurs, 1951, I, 3)
    (Spécialement) Conte à dormir debout, sornette, baliverne.
    Ces démographes bien pensants sont devenus d’éminents spécialistes de la désinformation scientifique. C’est, chez eux, une sorte de second métier, ou de seconde nature. Ils ne peuvent s’empêcher de raconter des coquecigrues, comme malgré eux. — (Yves-Marie LaulanLes nations suicidaires, 2e édition, 2003)

    Commentaire
    #4Auteurmars (236327) 17 Feb 17, 13:44
     
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  
 
 
  • Pinyin
     
  • Clavier
     
  • Caractères spéciaux
     
  • Lautschrift
     
 
:-) transformé automatiquement en 🙂